La Fédération

Accueil La Fédération Historique Nos Actions Pote à Pote Sites Web Favoris

 


NOS VALEURS

Nous défendons, par notre action, des valeurs auxquelles nous voulons donner une traduction concrète et quotidienne :

  •  l’antiracisme et la laïcité,
  •  la justice et l’égalité,
  •  la solidarité et l’action collective,
  •  la non-violence et le respect,
  •  l’éducation populaire.

NOTRE DÉMARCHE

En s’investissant dans des associations, les habitants des quartiers déploient une énergie et une passion à la hauteur des enjeux tels que la reconstruction et la reconquête des valeurs de la République pour sortir de la spirale de la décomposition sociale.

Notre mission est de faire appel à cette énergie de proximité et de porter l’enthousiasme et la volonté d’en découdre au cœur de tous les quartiers. Nous croyons en la richesse des habitants des quartiers et dans la force de l’action collective : le rôle des femmes dans la vie de la cité, la place des parents dans l’éducation des enfants, la force de l’indignation, la sincérité de la jeunesse et l’enthousiasme des enfants autant de facteurs qui contribuent à faire avancer les choses. 

L’INNOVATION  - LA FORMATION DES ACTEURS

Les associations, grâce à leur liberté, sont les plus à même d’innover. Mais cette volonté est souvent compromise par l’absence de moyens. Nous sommes là pour apporter une aide au lancement des projets associatifs et les insérer dans un réseau d’échange et d’expérience qui pérennise et structure leur action. Notre ambition est de donner une plus grande efficacité au travail des associations, en formant leurs équipes, en leur apportant un savoir-faire, tant dans les domaines de l’animation, du management, du projet que de la gestion ; mais aussi, en leur donnant les outils nécessaires à une analyse pertinente pour la mise en place de projets adaptés.

LES PARTENARIATS A TOUS LES ÉCHELONS

L’action sociale et éducative ne peut être efficace sans un partenariat étroit avec l’ensemble des acteurs de terrain et avec les pouvoirs publics. Elle a aussi besoin du soutien des acteurs économiques, des entreprises et des fondations, sous forme de mécénat.

LES ASSOCIATIONS

Présentes dans toute la France, nos associations recouvrent des domaines d’activités très variés d’un quartier à l’autre : action socioculturelle (animation, sport, spectacles, activités périscolaires), insertion par l’économie (formations, création d’activités, aide à la recherche d’emploi), action sociale, (prévention/santé, toxicomanie) ou encore chantiers de solidarité Internationale (Voyage au Sénégal avec les jeunes d’Aubervilliers), etc…

NOS ACTIONS

Nous devons tenir compte de la spécificité de chaque cité, mais les difficultés fondamentales sont communes à tous les quartiers. Ne pas enfermer les habitants et les associations dans leur microcosme est un devoir. Notre ambition est ainsi d’inscrire toutes ces forces dans une dynamique nationale solide, capable d’épauler les petites associations.

LES REPAS DE QUARTIERS

A l’image des bals populaires des campagnes, à l’époque de la France rurale, la France urbaine d’aujourd’hui doit célébrer cette volonté de vivre ensemble qui fonde l’idée même de la République métissée. Les Repas de Quartiers rassemblent un maximum d’habitants des quartiers d’Ile-de-France et de province, autour d’un projet collectif : moments d’échanges, tant générationnels que culturels, qui renouent avec les notions de solidarité et de citoyenneté. L’adhésion et la participation massive à cette opération démontrent, encore une fois, que la mobilisation des habitants peut contribuer efficacement à l’amélioration de la vie quotidienne des quartiers. Les repas de quartiers se déroulent de juin à août. Le principe est simple : chacun des participants apporte un plat de son choix afin de le partager avec les autres habitants du quartier et ainsi pouvoir échanger autour d’un repas. Il s’agit de créer du lien social là où il n’y en a plus ou peu et ce, dans un cadre ludique.

LES ARBRES DE NOËL

Nous pensons que le milieu associatif doit porter plus que jamais les valeurs de solidarité et de fraternité qui sont à la base des festivités de noël. Il s’agit de redynamiser le tissu social par des animations de quartier lors des fêtes de fin d’année en y incluant la participation des familles, à la fois dans la préparation et dans le déroulement, de mi-décembre à mi-janvier lors d’une après-midi durant laquelle des cadeaux seront distribués dans une ambiance festive et solidaire. Cette opération nationale nous permet de toucher plus de 50 000 enfants chaque année. 

LES CHANTIERS NATIONAUX

Les chantiers nationaux permettent de mettre en action notre réseau d’associations pour faire participer les jeunes à des activités citoyennes. Ces chantiers sont préparés tout au long de l’année avec les jeunes et donnent lieu à une restitution.

Le chantier de l’Ile de Ré : participation à la remise en état d’un fort, classé monument historique afin de proposer, à terme, un studio d’enregistrement pour groupes musicaux. Le chantier de Saint-hilaire : gestion et animation d’un camping permettant d’accueillir des groupes de jeunes sur la base d’un projet citoyen basé sur le Respect afin de prouver qu’il est possible de vivre ensemble en refusant les discriminations. 

LES CHANTIERS DE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

Cette action a pour but, en adéquation avec les actions menées en France, de favoriser le développement des actions Nord/Sud par le biais de microprojets mettant en relation des associations de notre réseau avec des associations des pays en voie de développement.

Ces projets permettent aux jeunes issus des quartiers de devenir acteur de la Solidarité Internationale et ainsi de prendre conscience de leurs possibilités. C’est un outil supplémentaire pour aborder les questions de citoyenneté.

Ce type d’action offre également la possibilité aux associations et aux populations des pays concernés de prendre en main leur propre développement. 

LE MOUVEMENT DES FEMMES ET DES JEUNES FILLES DES QUARTIERS

Des " Suffragettes " aux " Chiennes de garde " d’aujourd’hui, les femmes ont continuellement lutté pour leur émancipation. Héritières de toutes ces luttes, mais aussi pour certaines, héritières de leurs cultures d’origines, les femmes et les jeunes filles de quartiers reprennent le flambeau pour accéder, elles aussi, à leur autonomie et faire que leurs droits fondamentaux soient respectés. Victimes d’une triple discrimination : géographique, sexiste et ethnique, ces femmes refusent de maintenir un statut de " mineures permanentes ". Les doléances rapportées par ces jeunes filles et ces femmes démontrent que, de toute l’évidence, leurs droits fondamentaux ne sont plus respectés. Face à ce constat, la FNMDP a créé, partout en France, des commissions de femmes des quartiers pour redonner la parole à ces " oubliées " et tenter de répondre, par des actions concrètes et réfléchies, à leurs attentes. La FNMDP se propose de doter ces femmes et ces jeunes filles d’outils pour mener à bien ce combat.

A travers son manifeste " Ni Putes, Ni Soumises " et les comités de vigilance, la Fédération Nationale des Maisons des Potes entend réfléchir, proposer et agir. 

POTE À POTE

Le journal " Pote à Pote " est un mensuel qui est tiré à plus de  10 000 exemplaires et est distribué par abonnement uniquement. Les abonnés sont des associations locales mais aussi des institutions, des collectivités territoriales et des particuliers issus de tous milieux.

Le journal a été créé afin de donner une ligne d’analyse sur l’ensemble de la thématique des quartiers. En effet, dans les médias nationaux, le problème des banlieues est régulièrement traité de manière partielle ou polémique. Il nous est apparu indispensable de doter les associations de quartier d’un outil performant comme un mensuel. Il permet à la Fédération d’envoyer tous les mois des informations essentielles sur le climat dans les quartiers mais aussi, au travers d’un dossier, de traiter des problèmes de fond et des sujets de société tels que la discrimination, les femmes des quartiers, les élections, la citoyenneté ou encore la violence urbaine et la délinquance. 

Le journal fonctionne beaucoup sur la base de correspondants locaux. Implantés sur l’ensemble du territoire, ces correspondants permettent aux journalistes de pouvoir traiter et publier des jeunes " journalistes en herbes " qui, au travers du journal seront formés aux techniques journalistiques. 

Le journal est donc un espace d’expression pour les associations mais également pour l’ensemble des habitants vivant dans les quartiers.

Haut de page